Preview d’ArcheAge durant le CBT #4
JeuxF2P.com
ArcheAge

Preview d’ArcheAge durant le CBT #4

14/20

Basée sur 76 votes

1/52/53/54/55/5

Publiée le 1 septembre, 2014 à 18:39
Mise à jour : 5 septembre, 2014 à 13:45
Par Kheren

ArcheAge, développé par Trion, est un MMORPG de fantaisie médiévale gratuit et en Français. Dans un cadre ouvert influencée par l’action des joueurs, on peut exploiter des terres, ériger des châteaux, les attaquer ou les défendre lors de batailles en mer ou de sièges. Il se joue aussi bien entre guildes qu’en solo, face à l’environnement virtuel ou contre d’autres joueurs.

Actuellement en Beta fermé, ArcheAge est encore sujet à modifications d’ici son lancement officiel. Mais voyons ce qui s’annonce.

Création d’Avatar

ArcheAge présente quatre cultures; si Elfes et Humains (appelés Nuiens) sont classiques, les Haranis d’influence manga et les Félins humanoïdes appelés Firrans sont plus originaux. Leurs cultures donnent cependant à ce monde imaginaire un cachet particulier, intéressant et cohérent.

Comme dans Age of Wulin, l’apparence de l’avatar se configure rapidement et aisément mais de façon limitée, d’un style propre aux consoles plutôt qu’aux ordinateurs. Ensuite, le joueur choisi l’une des compétences principales (animiste, archer,assassin,guerrier,mage,nécromancien)et arts secondaires (sorcellerie, spiritisme, protection, virtuosité) mais pourra en ajouter en cours de jeu.

Interface

On reconnaîtra l’interface simplifiée et le style d’interactions des les MMO du genre Guilds Wars. Les contrôles à clic unique enclenchent l’action choisie pour le personnage, ce qui entraîne du « button-mashing » pour tirer plusieurs flèches par exemple. Atteindre ses lieux de mission est facilité par une flèche sur le sol indiquant la direction (mais non le chemin à prendre!) pour la mission annoncée par une liste de tâche sous la carte-guide.

archeage-interface

On ne peut pas réaménager l’interface sur l’écran comme dans Neverwinter Online, mais on peut configurer les contrôles. Ceux-ci sont relativement peu nombreux et incluent un mode « auto » pour certains comme le déplacement. Bref, rien de nouveau sous le soleil; les uns en apprécieront la familiarité, les autres déploreront qu’on a pas essayé de faire mieux.

Tutoriel

Comme tous les jeux visant l’immersion du joueur, le tutoriel s’intègre à la partie dès qu’on la démarre. L’avatar passe au statut reconnu de sa culture comme le joueur apprend à utiliser interface et contrôles. On voit encore une répétition rassurante mais banale de la formule instaurée par World of Warcraft avec ses « contacts » surmontés d’un gros point d’interrogation, ses petites tâches genre « tue 10 rats » etc.

archeage-tuto

Cependant, d’un intérêt certain dans tout ça sont les nombreuses scènes de coupe qui, au fil de la progression, racontent origines et détails du peuple du perso choisi. Pas de grandes scènes animées comme dans Swordsman, mais une succession d’images simplifiées tandis qu’une voix-off racontent les légendes inspirant le héros à se lancer vers son destin. Quand le tutoriel se conclut avec l’acquisition d’un artéfact désignant le PJ comme le sauveur du peuple, celui-ci est fin près à se lancer.

Quêtes

ArcheAge offre le jeu classique de fantaisie médiévale; trouver une dague perdue, abattre un monstre errant, faire un remède, etc. Un récit se développe au fil de missions mais des PNJs proposent des tâchent secondaires pour donner une allure moins linéaire. Les habitués s’y reconnaîtront et l’intérêt viendra davantage du récit qui se développe que des quêtes elles-mêmes. L’option de rejouer s’en trouve limitée mais quatre races avec leur trame dramatique propre compensent. l’annonce d’un jeu ouvert et d’un monde transformé par l’action des joueurs est évidemment prometteur mais on ne peut encore en juger dans un beta test.

Progression

Encore là, rien de nouveau au départ. Chaque tâche apporte des points d’expérience dont un total prédéterminé accorde un niveau de compétence plus élevé dans l’une ou l’autre des ses aptitudes, indépendamment de son utilisation, ou accorde de nouveaux pouvoirs suivant une progression fixe. Chaque niveau exige plus de points que le précédent et donc de s’engager dans des quêtes nouvelles et plus ardues pour progresser.

archeage-progression

C’est au 10e niveau que le joueur peut combiner trois compétences acquises pour donner à son personnage une profession distinctive. Cette flexibilité appréciable apporte donc un intérêt nouveau à la progression de son héros. Ce n’est pas la flexibilité promise par un Elder Scrolls Online mais va au-delà d’un Dungeons & Dragons Online.

Système de combat et d’action

On demeure encore dans la formule; cliquer une cible ou un objet puis cliquer un pouvoir ou une action sur la barre de tâche. Une certaine action tactique demeure possible, rendant le combat plus intéressant que du « pointer-tirer; » ainsi, contrairement à Lord Of The Rings Online, un archer pourra tirer en reculant, garder sa distance sur un adversaire limité au corps à corps. les effets sont colorés sans être débordants. Bref, rien ici dans le style ou l’utilisation ne viendra exciter les vétérans des MMO. Cependant, ceux qui aiment leurs jeux simples mais actifs et raisonnablement flexibles apprécieront sûrement.

Économie et Crafting

archeage-crafting-artisanat

Tout ce qui a été dit sur le combat s’applique au crafting; clic-cueillette de ressources sur le terrain, clic-transformation à des ateliers de travail, mise en marché, économie globale entre joueurs… La formule traditionnelle remonte aussi loin qu’Everquest. A défaut d’offrir une approche nouvelle, ArcheAge en présente une qui a fait ses preuves.

ArcheAge: le verdict

ArcheAge n’apportera globalement rien de vraiment nouveau, autre que son récit. Sans être hors de la norme de la fantaisie médiévale traditionnelle, celui-ci est bien ficelé, donnant à chaque race jouable une identité propre à laquelle s’identifiera le joueur avec son avatar.

Le graphisme et l’animation sont excellents pour un jeu visant d’abord les jeunes adolescents. La bande son va de pair, quoique la musique de style nettement oriental détonne sur le cadre visuel plutôt Tolkiennesque.

Avec sa mécanique standard, ArcheAge est donc un jeu facile et aisé dans un cadre familier. Il permet de plonger immédiatement et intuitivement dans une aventure ouverte, de se concentrer sur celle-ci plutôt que sur son clavier. C’est un jeu classique et correctement ficelé pour ceux qui cherchent un autre récit et un autre monde dans lequel jouer sans avoir à réapprendre à jouer.

Dossiers recommandés

Commentaires